Claire Lextray

Attachée de Presse - 1532124712 Responsable de communication

Spécialisée en culture et bien-être
Gestion de Bureau de presse pour tous types d'événements :

Relations presse tous médias : presse écrite - radio - TV – web et tous domaines : Culture - Société - Bien-être - Santé - Sport
Travailler dans deux domaines, culture et bien-être permet une transversalité, une vision plus approfondie et globale des projets.
A votre service, un carnet d’adresse pointu et diversifié avec une même attention donnée à tous les médias, qu'ils soient grand public ou alternatifs. Recherche de partenariats médias
Communication
Définition et mise en place de stratégies - positionnement - développement - Construction de réseaux
Relations publiques
Organisation d'événements

CULTURE > Actualités - 2 ème édition du Prix des Musiques d'Ici Diaspora Music Awards
ETAPE 2 - Découvrez les 6 finalistes !
2 ème édition du Prix des Musiques d'Ici
Diaspora Music Awards

Le site web du Prix des Musiques d’ICI : http://prixdesmusiquesdici.com/    

La page facebook : https://www.facebook.com/prixdesmusiquesdici/

La page Instagram : https://www.instagram.com/prixdesmusiquesdici/

 

 

Présenté par la Fédération Nationale des Associations de Musiques et Danses Traditionnelles, le Collectif Musiques et Danses du Monde en IDF et le festival Villes des Musiques du Monde,

En partenariat avec le festival Au Fil des Voix, les Suds à Arles, la fondation Orange, avec le concours de Zone Franche et des partenaires en région, ‘’capteurs’’ et ‘’passeurs’’.

 

Bonjour,
Voici des nouvelles de la 2 ème édition du Prix des Musiques d'ici - Diaspora Music Awards.
OUI ! La France est diverse ! On compte sur vous ! Un grand merci pour votre soutien ...

ETAPE 2
Le jury de présélection, composé de diffuseurs, responsable de festivals, de fédération, agents, managers... ,  s’est réuni le 29 juin 2018 au Centre Fleury Goutte d’Or  Barbara 75018 – Paris
 
Parmi les 45 artistes sélectionnés, 6 finalistes de 4 régions différentes (Occitanie, PACA, IDF, Bretagne) de 4 aires culturelles : Caraïbes/ Amérique du sud, Afrique, Maghreb, Moyen-Orient/Asie ont été désignés:
 
ALCHIMIX
Le projet Alchimix est créé en 2014 par trois musiciens basés à Montpellier :  Théo Poizat (percussionniste, joueur de Hang et de Guimbarde), Selim Sami (joueur de Guembri et chanteur) et Mic Lee (Human Beat Boxeur).
Ils signent un métissage musical entre les fréquences basses du Guembri, les envolées mélodiques et percussives du Hang et les rythmes explosifs du Human Beat Box. Le trio est programmé  au prochain festival de jazz à Vienne et prépare son prochain Album qui devrait sortir au printemps 2019 avec l'accompagnement de Uni'Sons et du Festival Arabesques.

BEL AIR DE FORRO
Groupe formé en 2014, ce trio est la rencontre des musiques du nordeste du Brésil interprétées par Mariana Caetano, Marcelo Costa, percussionniste de Sao Paolo, Haytila Gabriel au cavaquinho de et de l'accordéon breton de Yann Lecorre. Le groupe tourne beaucoup en Bretagne.
 
Germaine Kobo
Artiste marseillaise d’origine Belge et Congolaise,  Germaine Kobo, propose un style entre électro et musiques africaines et des textes qui parlent des femmes d'aujourd'hui. Elle se produit en duo avec Bella Lawson, chanteuse et percussionniste Togolaise.  Ensemble, elles jouent de la Kalimba, des percussions africaines, calebasse…kamélé n’goni, balafon. En Septembre, elles vont faire une résidence de création.
 
Moonlight Benjamin
12 ans de carrière, collaborations jazz et world music avec Omar Sosa et Jacques Schwarz-Bart depuis 2013. D'origine haitienne, Moonlight Benjamin réalise une fusion entre les mélodies et rythmes vaudou de la Caraïbe, et le blues rock US des 70’s ; elle a créé un nouveau groupe en 2017
 
Edgar Sekloka
Auteur, rappeur, chanteur, poète urbain des temps modernes, Edgar Sekloka est un artiste altoséquanais d’origines camerounaise et béninoise. En 2008 il fonde avec Gaël Faye le groupe Milk Coffee and Sugar. En 2015, il sort un premier EP solo “Ici / Là-bas” et explore différents univers et avec le soutien des cinémas MK2, réalise entre 2016 et 2017 un cycle de 7 ciné-jams « Chaplinesques » sur des courts-métrages de Chaplin, auxquelles participent de nombreux invités dont Mélissa Laveaux ou JP Manova. Un EP éponyme est sorti le 20 juin 2018. Après une première résidence en février 2018 au Tamanoir, il développe son spectacle « Musique noire », un projet culturel alliant musique et création audiovisuelle. Un travail autour des notions d'identité et de soumission, composé d’un répertoire musical confrontant l'ici et le là-bas. S’appuyant sur des morceaux originaux aux orchestrations plurielles qui prennent racine dans le blues, le sébéné, le zouk, le folk.
 
Walid Ben Selim
Après l’éclosion de N3rdistan, Orient Express,  le nouveau projet de Walid Benselim, artiste marocain adepte de rap-métal oriental,   réunit des artistes comme Jiang Nan, joueuse de ghuzeng (cithare chinoise)et  le oudiste et sonneur breton Florian Baton. C’est  l’aboutissement de plusieurs années de recherches musicales  combinant sonorités du monde, samples  , textes personnels et poésies de  Mahmoud Darwich, Ahmad Matar, Nizar Qabbani...),. Ce projet questionnet le sens de la vie ou l’exil numérique. Ses thèmes de prédilection sont la quête de la liberté, de la sagesse et de la sérénité. Présentation à l'Ima en septembre 2018 pour l'exposition autour de Mahmoud Darwich.
 
 
Sélection en 4 étapes
Etape 1 - Repérage et pré-sélection d'une quarantaine de groupes et artistes par les 6 antennes en région, après un travail effectué à l'échelle de chaque région partenaire pour identifier des "capteurs" et des "passeurs de musiques".
Etape 3 - Sélections  sur scène et captations audiovisuelles dans le cadre du Festival Villes des Musiques du Monde
Etape 4 - Réunion du Jury final en novembre et choix des 3 lauréats
 
Règlement et Modalités
Etre originaire pour au moins un membre du groupe d'une des aires culturelles indiquées et installé en France,
Etre majoritairement implanté dans une des régions de France participantes au dispositif,
Eléments à demander aux candidats : soumettre trois titres enregistrés, une bio, une photo, une fiche technique, ne pas avoir signé dans une grande maison de disques ou ne pas avoir fait partie d'un gros catalogue de tournée dans les 5 dernières années.
 
Constat
Musiques du Monde - Musiques d'en France. Il existe un « creuset français ». Depuis la fin du XIXe siècle, les différentes vagues d’immigration se sont mêlées à la population française - et avec elles leurs musiques-, même quand elles ont d’abord été ostracisées. Au XXIème siècle, se redessine la cartographie musicale de la France. Les musiques du monde sont devenues des musiques d’ici. Elles ont pris racine sur le sol national. Les droits culturels invitent à considérer les problématiques posées à la société non plus en termes de besoins à satisfaire, mais de capacités, d’échanges de savoirs, de liens internes et externes à développer et à tisser. Ils impliquent une mise en dialogue qui reconnaît les valeurs de l’un et de l’autre, chacun étant pris en compte dans sa singularité et dans son environnement de vie. En mettant l'accent sur la nécessité de garantir aux populations leur liberté d'expressions culturelles et artistiques, elle modifie une conception ancienne de la notion de culture et potentiellement des politiques culturelles.
Or, certains artistes remplissent les plus grandes salles de France sans jamais que leur nom ne soit prononcé sur les radios nationales. D'autres jouent chaque semaine dans l'arrière-salle d'un café différent sans le soutien d'un producteur. Ils ont en commun ce qui vaut mille fois mieux que l’appui des médias ou d’une maison de disques : un public. Dans un vertigineux jeu de miroir, de vastes communautés culturelles se reconnaissent en effet en eux. Qu’ils se définissent comme d’origine haïtienne, congolaise ou kabyle, voire portugaise ou polonaise (pour ne rien dire des Bretons ou des Basques, pareillement concernés), ces groupes constituent notre société, au même titre que, par exemple, les groupes de supporters de football ou d’adeptes de la danse classique. Les refrains qui les unissent sont le plus souvent des « musiques d’ici ». Elles viennent parfois de loin mais ont poussé à l’ombre de nos cités.
Aujourd’hui, les musiques du monde ne représentent que 7% de la diffusion musicale alors qu’elles sont  largement écoutées et pratiquées, un recul par rapport aux années 1980. Combien de communautés culturelles cherchent un lieu d'expression, un endroit où pratiquer, voire dans certains cas, réapprendre les musiques de la tradition ? Combien de formations musicales restent à l'ombre des grands réseaux de diffusion et de distribution ?